Antoine Westermann

3 étoiles Michelin, autodidacte, totalement imprégné par la cuisine très identitaire de l'Alsace il s'appuie sur elle pour ancrer son style.

Il la revisite à sa façon et des plats emblématiques naîtront et signeront ses 3 étoiles comme «le pâté en croûte au foie gras truffé», «la poulette en Baekeoffe», «les cuisses de grenouilles avec les Schniederspatle», «la brioche à la bière», «terrine de poularde au fenouil et au foie gras»… Grand curieux, son premier coup de cœur hors d'Alsace est pour la cuisine du sud-est de la France, on dira de lui qu'il est le plus méditerranéen des cuisiniers d'Alsace.


Dès 1994, on le citera parmi les 5 meilleurs cuisiniers de France dont Alain Ducasse, Bernard Loiseau, Michel Bras… La cuisine il l'aime : généreuse, festive et élégante.

2007, Cap sur de nouveaux territoires culinaires Antoine Westermann décide de changer de cap en 2007

Il rend ses 3 étoiles, choisi de nouveaux terrains d'expression pour sa création en cuisine.Le temps est à la transmission en associant ses chefs aux différents projets.

Il s'engage dans de nouvelles expressions culinaires et créé successivement : 2003 - Mon Vieil Ami, 2006 Drouant, 2011 Le Coq Rico, 2013 La Dégustation.

2013, Paris-Lisbonne-Vienne.

L'expérience américaine.
10 ans à Washington DC, ou Il créait, encadre et amine successivement le restaurant du groupe Sofitel à Lafayette Square, puis 8 ans au Café du Parc sur Pennsylvania Avenue.

L'Ile de Madère
Il s'aventure sur l'ile de Madère, dans le restaurant d'un bel hôtel conçu par le célèbre architecte Ricardo Bofill, UVA. Il y créait, encadre et amine son équipe de cuisine pendant 5 ans.

1999 - 2014 : Frotaleza do Guincho – Caiscais, Portugal
Cuisine d'inspiration gastronomique franco-portugaise
Son chef éxécutif : Vincent Farges

2010-2014 : Le Loft
Dans l'hôtel réalisé par Jean Nouvel – Vienne, Autriche
Cuisine inspirée de son registre 3 étoiles
Son exécutif chef : Raphaël Dworak

Antoine Chef
«Dans ma cuisine, je ne cherche pas à étonner
mais à donner de l´émotion» Antoine Westermann